Cycle des Guerres dans le contexte Inde-Pakistan

Il est important de lire d’abord la Méthodologie de présentation du “Cycle des Guerres” afin de comprendre comment sont présentés les résultats et ce qu’ils signifient

Le Cycle des Guerres appliqué au Conflit Inde Pakistan

Ecarts Conflit Inde-Pakistan

Données

Les épisodes de guerres indiqués ne sont pas contestables. Le fait d’y mettre des périodes de tensions est plus discutable.

Depuis la découverte du “Cycle des Guerres” en 1999 il n’y a plus eu de guerre. A cette époque, différents pays avaient été informés dont l’Inde et le Pakistan.

C’est le seul conflit récurrent qui donne l’impression de s’arrêter aux tensions sans aller jusqu’aux guerres depuis la découverte du “Cycle des Guerres”. Hasard ? Probablement.

Ces données sont gardées pour illustrer le fait que ces guerres suivent la même loi

Prévisions

Bien qu’il y ait eu un changement de gouvernement en Inde, les deux antagonistes ne semblent pas vouloir aller au-delà de simples escarmouches. La confrontation de Février 2019 montre que les dirigeants indiens sont prêts à relancer cette guerre, abandonnant la relative modération qui dure depuis environ 20 ans.

Il n’y a pas eu de guerre ces 20 dernières années, mais comme ce conflit récurrent illustre bien le “Cycle des Guerres”, ce contexte est gardé et continue à être présenté, même si ce sont plus des tensions qui sont attendues et constatées que des guerres réelles.

Les acteurs Inde et Pakistan ont fait preuve ces dernières années de retenue, sans que les raisons soient claires, peut-être simplement parce que quelques acteurs non identifiés se soucient régulièrement de garder ce conflit à un niveau de tension sans que cela ne dégénère en guerre.

Cependant, en l’absence  de négociation sérieuse cherchant à trouver un nouvel équilibre politique viable entre les 2 pays, nous considérons qu’il y aura un jour une guerre. Le plus probable est que ce soit durant une période d’amplification ( période de 2024 ou 2032 par exemple) mais pas uniquement. La modération s’émoussant, le risque redevient réel et il faut le garder à l’esprit et le suivre. Une diplomatie digne de ce nom prétendant encore peser sur les destinées de la planète devrait s’en préoccuper  et agir autrement que par des communiqués.

mis à jour le 29 Avril 2019