Syrie: Avons-nous un autre choix que de choisir entre la Peste et le Choléra ?

2011 – 2016 : Une révolte du printemps arabe s’est transformée en répression féroce et en une guerre qui a fait plus de 300.000 morts.

Nous demander de choisir entre le pouvoir d’Assad et les mouvements islamistes c’est nous demander de choisir entre la  Peste et le Choléra. Il y en a , dont je suis, qui ne veulent ni l’un ni l’autre et qui ne veulent pas de ce choix biaisé qui nous est présenté, comme si le refus de l’un devait nécessairement nous amener à accepter l’autre.

Choisir la peste ?

Ce serait consacrer un pouvoir répressif qui est une cause de cette guerre.  Une répression sanglante et criminelle d’un pouvoir qui préfère asseoir son autorité sur un tas de ruines que d’admettre la perte d’un pouvoir.

La peste respecte les chrétiens ? Partiellement oui, mais ce respect ne suffit pas à justifier ce qui a été fait.

Choisir le choléra ?

Ce ne sont pas nos valeurs, qu’ils soient simples islamistes ou Daech. Nous n’avons rien à y faire.

Qu’avons-nous appris des guerres en Irak, en Afghanistan et en Libye ?

  • Nous avons appris que l’Occident sait détruire n’importe quel pays, quand il le veut,
  • Nous avons appris que l’Occident ne sait pas reconstruire politiquement un État qu’il a détruit, quels que soient les moyens qu’il y consacre,
  • Nous avons appris que la destruction du pouvoir Libyen a permis la dissémination sauvage des armes dans toute la région, favorisant des poussées islamistes locales et régionales,
  • Nous avons appris que si nous ne sommes pas décidés à prendre en charge totalement un État détruit, il vaut probablement mieux le laisser en place, cela fait moins de dégâts, d’où notre hésitation et notre refus de nous y engager.

Alors quelle voie autre ?

  • Changer le pouvoir en gardant la structure d’État refondue. Remplacer la tête sans faire disparaitre la structure?
  • Rebâtir un système politique respectant les différentes communautés ? C’est probablement demander de réussir ce que le Liban n’a pas réussi en 70 ans:  transformer un système confessionnel en un État non communautaire. Est-ce possible ? … ou un simple rêve

Comment se terminera cette guerre ?

  • la guerre libanaise a duré 15 ans. Il reste donc 10 ans.
  • Une victoire militaire du camp Assad ne permettra jamais de reconstruire une Syrie dans les frontières d’avant 2011.
  • Une victoire militaire des opposants sera le prélude à une longue anarchie : 10 à 20 ans avant que ne réapparaisse un pouvoir digne de ce nom.
  • Ce n’est pas parce que nous ne voulons ni des islamistes ni de Daech qu’il faudrait nous faire croire que la Peste est une solution.
  • Cela prendra le temps qu’il faut mais il faudra bien trouver autre chose que la Peste ou le Choléra

7 Décembre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.