Ukraine : statistiques Octobre sur cessez-le-feu


Les informations statistiques présentées ici ont été calculées à partir des informations disponibles dans les rapports journaliers du SMM.

Depuis le 27 Juillet, il y a un cessez-le-feu qui est entré en vigueur. C’est le premier cessez-le-feu depuis 2014 qui ressemble à quelque chose.

Les statistiques disponibles montrent donc qu’il y a eu progrès dans le respect du cessez-le-feu mais que ce n’est toujours pas un cessez-le-feu complet.

Rappel des raisons pour lesquelles les cessez-le-feu ne tenaient pas

Pour mémoire, Naej DRANER a écrit en 2017 et 2020 deux documents sur les raisons pour lesquelles le cessez-le-feu ne tenait pas.

75% de ces raisons ont été prises en compte lors du cessez-le-feu du 27 Juillet 2020.

Officiellement, il n’y a aucun lien de cause à effet entre ces deux textes de N.D. et le cessez-le-feu du 27 Juillet 2020. En pratique, les 25% qui manquent expliquent en grande partie le fait que le cessez-le-feu reste partiel.

Les acteurs viennent de tellement loin qu’ils sont satisfaits de ce progrès, et ne montrent aucun empressement à aller au-delà. Ils reviennent à leurs petites habitudes d’avant le cessez-le-feu et envisagent de nouvelles zones de désengagement qui ne règleront pas le problème pas plus qu’il n’a permis dans les années précédentes d’aboutir à un cessez-le-feu crédible.

Un cessez-le-feu partiel : en Octobre environ 496 violations et 302 explosions.

Parmi ces violations et explosions à peu près 90% concernent le secteur de Donetsk et 10% concernent le secteur de Luhansk.

Est-il possible d’aboutir à un cessez-le-feu total ?

Oui mais en mettant en œuvre une partie de ce qui n’a pas été mis en œuvre et en donnant une perspective future à la zone de sécurité (ce qui rejoint la levée des ambiguïtés des accords de Minsk qui correspond à ce qui n’a pas été fait avant le cessez-le-feu du 27 Juillet 2020)

Le principal élément non mis en œuvre pour améliorer la tenue du cessez-le-feu est le fait qu’il n’y a toujours pas d’organisme intégré SMM et JCCC, qui pourrait s’appeler SMCC

En chargeant le JCCC de contrôler le cessez-le-feu dans la décision du 22 Juillet 2020, ce fut un progrès par rapport la passivité du système précédent qui n’intervenait pas en cas de violations, mais c’est insuffisant et touche les limites de l’organisation du JCCC qui n’est que de quelques dizaines d’officiers et ne pourra jamais assumer seul la sécurité de l’ensemble de la zone de sécurité.

Pour avancer et transformer l’embryon de cessez-le-feu il faudrait:

  • créer le SMCC intégrant une partie du SMM et du JCCC
  • Accepter que le SMCC prenne les décisions de sécurité nécessaires sans attendre d’éventuelles réunions du Trilateral Contact Group. Tout système de sécurité doit pouvoir prendre des décisions en fonction de l’évolution de la situation et dans le cadre de sa mission
  • définir et former des forces de sécurité en charge de l’ensemble de la zone de sécurité ( et non pas uniquement de quelques zones de désengagement: c’est un désengagement global de l’ensemble de la zone de sécurité qu’il faut définir et mettre en oeuvre, ce qui n’est pas possible avec les seules ressources JCCC)
  • trouver une occupation pour les miliciens désœuvrés (il y a suffisamment de choses à déblayer et reconstruire pour que ce soit possible)

9 Novembre 2020

Textes de référence:

ND201707003 Cessez-le-feu Ukraine – mise à jour – 2020-09-23
ND201709001 Système de controle de cessez-le-feu actif – maj – 2020-09-14
ND202004001-6a Variante de ND201707003 pour les autorités ukrainiennes-référence
2020-10-28 Analyse Rapport SMM

Pour en savoir plus:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.