Haut-Karabakh: Un cessez-le négocié ou imposé après une victoire militaire ?


Un jour ou l’autre les combats vont s’arrêter au Haut-Karabakh. Ce sera soit un cessez-le-feu négocié ouvrant des négociations vers l’espoir d’un règlement soit une victoire militaire de l’Azerbaidjan qui avance à grands pas.

Tout a été dit depuis longtemps sur ce conflit du Haut Karabakh. Par exemple, L’Harmattan a publié en 2011 un livre de Fazil Zeynalov, intitulé “Une paix juste ou une guerre inévitable“. Parce que l’azerbaidjan est son pays où il est universitaire, l’auteur y biaise un peu une solution, mais tous les arguments de chaque camp y sont présentés: le livre reste malgré tout objectif pour comprendre ce conflit.

Les faits donnent raison à l’auteur. Il fallait une paix juste pour éviter une guerre évitable. Maintenant que la guerre est là , le temps presse. D’ici quelques semaines, il y aura une victoire militaire s’il n’y a pas eu avant un cessez-le-feu qui tienne.

Le Groupe de Minsk, en charge de la négociation au sein de l’OSCE, a beau être présidé par les Etats-Unis, la Russie et la France, ces 3 pays ont montré leur impuissance sur ce sujet. Depuis le 27 septembre, il n’y a pas eu un cessez-le-feu qui commence à tenir.

Savent-ils et peuvent-ils obtenir un cessez-le-feu?

Pourraient-ils en obtenir un s’ils étaient déterminés et décidés à mener des négociations aux forceps? Visiblement ils ont du mal et personne n’osera lancer une négociation en parallèle et en substitut de celle de ces 3 pays.

Alors ?

Pour commencer, il faudrait trouver un ou 2 dirigeants décidés chacun à intervenir auprès de l’un des dirigeants de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan et définir avec eux les étapes successives à franchir pour avoir un espoir d’aboutir.

Et ensuite ? Il faudra voir en fonction de l’urgence qu’ils veulent y mettre.

Naej DRANER

8 Novembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.