Ukraine semaine 26 : Le cessez-le-feu de la moisson est-il mort-né ?

Le cessez-le-feu de la moisson est officiellement entré en vigueur le 24 Juin à minuit. Il est supposé durer jusque fin août mais on peut raisonnablement se demander s’il appartient déjà aux oubliettes de l’histoire.

Pour ceux qui suivent l’actualité internationale depuis les media de l’un ou l’autre pays, l’absence d’information peut donner l’impression que tout va bien en Ukraine et qu’il y a un cessez-le-feu qui tient.

Ceux qui savent ce qui s’y passe savent qu’il n’y a toujours pas de cessez-le-feu respecté, que les accords de Minsk 1 et 2 restent virtuels, et pire: même s’ils étaient strictement appliqués ils ne règleraient rien. Cet événement n’arrivera pas puisqu’ils sont inapplicables en  l’état. Il suffirait de quelques amendements, apparemment mineurs, pour qu’ils deviennent applicables et aient une chance d’être appliqués, mais ce n’est pas le cas.

C’est même un crime de lèse-majesté dans le duo franco-allemand d’oser affirmer que le tandem n’a rien donné de sérieux et ne donnera rien sans donner un peu de sens à ce qui est fait.

Que se passe-t-il donc pour que rien n’avance et que tous les acteurs se congratulent sans cesse d’un cessez-le-feu qui n’en est pas un ?

Essayons d’y voir clair et posons les questions les unes après les autres:

  • D’abord il y a un problème de savoir : ceux qui sont à la manœuvre ne donnent pas l’impression de savoir ce qu’il faut faire. Ils croient qu’ils savent mais la mise en œuvre de ce qu’ils croient savoir ne donne rien.
  • L’OSCE reconduit d’année en année les mêmes principes qui auraient du aboutir à un cessez-le-feu mais n’ont jamais été confirmés par les faits. Souvenez-vous de la guerre du Kosovo. Elle a été précédée pendant de long mois par une mission de l’OSCE très similaire aux observateurs actuels de l’OSCE en Ukraine. Dans l’un et l’autre cas, ces principes n’ont abouti à rien de concret. Cela a peut-être retardé une explosion, sans plus. Il ne faut pas confondre observation et action. Les observations des observateurs de l’OSCE ( SMM) sont utiles mais insuffisantes. C’est une illusion que de croire que la connaissance de ces observations suffit à mettre en œuvre un cessez-le-feu
  • Enfin tous les différents acteurs vivent leur vie sans vraiment se coordonner efficacement. Qui sait en dehors des initiés qu’il y a une instance de coordination militaire ukraino-russe, le JCCC, qui pourrait contribuer à l’instauration d ‘un cessez-le feu autrement qu’actuellement. Pourquoi toujours cette propension européenne à prétendre qu’un acteur, l’OSCE, est le seul garant tout en se dépêchant de créer une autre instance, hors institutions européennes, qui entend être le seul à définir ce que doit faire l’OSCE et les autres acteurs: je veux parler du tandem Franco-Allemand  qui est supposé avoir abouti aux accords de Minsk2 mais a verrouillé toute perspective. C’est typique des européens: se réclamer d’une institution tout en se précipitant pour créer une instance hors institutions européennes qui prétend être la seule à définir ce qui va être fait.

 

Le problème est posé en termes polémiques ? OUI, c’est ce qu’il faudrait faire pour espérer faire bouger les lignes. Mais y a-t-il un ou des acteurs européens intéressés par cette mise à plat globale de ce qui se passe là-bas ? Pas sûr!

1° Juillet 2017

 

 

Quelques liens pour mieux comprendre:

Ukrainian news ( avec les communiqués quotidiens)

OSCE Ukraine Daily report

Cessez-le-feu et contrôle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.