Cessez-le-feu au Yemen et “Cycle des Guerres”

Pour rappel, le “Cycle des guerres” indique des périodes d’amplification des violences et guerres, et des périodes d’atténuation des violences et guerres.

La dernière période d’amplification était d’Octobre 2013 à Janvier 2018. Elle devait:

  • provoquer un nouvel épisode de guerre ( ou tension) sur les conflits récurrents connus ( Conflit Israélo-arabe, Europe, Inde-Pakistan..)
    Ce fut le cas avec une guerre Israël-Gaza en 2014 et la guerre de l’Ukraine en 2014, ainsi que quelques tensions sans dégénérer en guerre en Inde-Pakistan)
  • favoriser une escalade régionale ou/et internationale sur les guerres commencées avant la période d’amplification ( guerre civile syrienne, guerre civile Libyenne)
    Ce fut le cas pour la Syrie devenue régionale et internationale, avec la composante État Islamique
  • voir l’émergence de nouvelles guerres là où apparaissaient de nouvelles tensions
    Ce fut le cas avec le Yémen

Depuis Janvier 2018 nous sommes entrés dans une période d’atténuation qui doit durer jusque Avril 2022

Nous devrions avoir des tendances inverses, c’est à dire:

  • des guerres donnant l’impression de se terminer, suite à ce qui ressemble à une victoire militaire
    C’est le cas en Irak et en Syrie, même si ce n’est pas encore terminé à ce jour
  • soit des négociations de paix ayant plus de chance d’aboutir que précédemment
    C’est le cas au Yemen avec l’accord de principe  du 12 décembre 2018 devant conduire à un cessez-le-feu limité à la ville portuaire d’Houdeida
  • Pour le moment rien qui ne concerne le conflit israélo-arabe ou le conflit ukrainien en cours

Mais le cessez-le-feu officiellement annoncé comme immédiat au Yémen a volé en éclat avant même d’entrer en vigueur. Nous retrouvons dans le cas présent les lacunes habituelles des cessez-le-feu habituellement proclamés, celui de l’Ukraine étant un magnifique exemple de cessez-le-feu fictif qui a juste permis de réduire le niveau de violence ( à la condition de proclamer tous les 3 ou 4 mois un nouveau cessez-le-feu qui ne tient jamais mieux que les précédents).

Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’ici quelques semaines une trêve sur place, mais que l’effet d’annonce est insuffisant pour permettre le moindre cessez-le-feu au Yemen.

Nous y retrouvons l’état général de connaissance des milieux diplomatiques internationaux qui pensent souvent qu’il suffit de déclarer un cessez-le-feu immédiat pour qu’il devienne effectif.
Ce n’est pas si simple, mais c’est un autre sujet à développer (même si officiellement cela ne semble pas intéresser grand monde de tenter d’expliquer ce qu’il faudrait faire pour aboutir à un cessez-le-feu qui tienne)

A suivre!

16 décembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.