Conflit Israélo-arabe : une solution à 2 Etats a-t-elle encore un sens ?

Le psychodrame engendré par la résolution 2334 du Vendredi 23 décembre 2016 permet de s’interroger légitimement s’il y a encore un espoir d’une solution à 2 États.

Cette résolution 2334 n’a fait que redire une fois de plus ce que l’ONU, les USA et d’autres pays comme les pays européens ont toujours dit: “La colonisation par Israël n’a aucun fondement légal et n’en aura jamais aucun”.

Est-ce réaliste de croire à une solution à 2 États si un État se réserve le droit de faire ce qu’il veut, quand il le veut, dans l’autre État ?

Non, mais la fin de la colonisation par Israël ne suffira pas à relancer sérieusement une négociation.

Il y a un autre point de blocage qui ne concerne pas la colonisation par Israël: les deux territoires restitués par Israël ces dernières années, à savoir le Sud-Liban et Gaza, n’ont pas permis , dans l’un et l’autre cas, d’en faire un modèle de coexistence au cas où Israël déciderait de quitter la Cisjordanie ou/et le Golan.

Ce point est sous-estimé par les adversaires d’Israël et mal géré par Israël. Il ne suffit pas de tenter d’asphyxier économiquement Gaza comme le fait Israël pour croire qu’il va en découler magiquement une solution. Israël ne sait pas se comporter autrement que par un rapport de force sans partage, et ne sait donc pas favoriser une possible coexistence.

Les palestiniens aussi ne savent pas construire leur avenir: cette situation de pourrissement dans et autour de Gaza bloquera toute avancée vers une solution à 2 États aussi sûrement que la colonisation sans limite d’Israël dans des territoires qui ne lui appartiennent pas.

Et s’il n’y a pas de solution 2 Etats, de quoi peut être fait l’avenir ?

C’est une bonne question mais il n’y a pas de réponse magique autre qu’une liste d’impasses qui permettent de gagner un peu de temps et qui ne sont que le moyen de reculer un peu avant de sauter dans le vide ou une nouvelle grande explosion.

Il y a quelques années avait été écrit un manuscrit “Jérusalem  connaitra-t-elle une paix durable ?”. Le manuscrit a bien évidemment été refusé par les éditeurs : il est disponible sur la page “documents disponibles” à laquelle vous pouvez aller en cliquant  ici. Le climat conjoncturel révélé par le psychodrame de la résolution 2334 n’encourage pas la recherche de la moindre solution: il n’est donc pas jugé utile d’actualiser cette proposition. ce manuscrit avait été écrit principalement en 2010 en se demandant s’il y aurait un moyen d’éviter une explosion 2014-2017 attendue d’après le “Cycle des Guerres“. Ceci n’a pas empêché la guerre Gaza-Israël de 2014 et n’empêchera pas la prochaine explosion à venir.

Il n’y a plus qu’attendre le coup de grâce que ne manquera pas de donner Trump à une possible solution à 2 États. En acceptant officiellement que Jérusalem soit israélienne et indivisible  du côté israélien), comme il l’a affirmé publiquement durant sa campagne, Trump enterrera le projet à 2 États et allumera la mèche d’un tonneau de poudre dont il n’a pas encore conscience.

Jérusalem a été historiquement Juif, Chrétien, musulman. Vouloir prétendre qu’elle ne serait que juive amènera un jour à prétendre qu’elle est uniquement musulmane ou chrétienne. C’est une vue à court terme que de croire qu’il suffit d’ignorer 2 millénaires d’histoire et les autres composantes pour y trouver une solution éternelle qui sera définitivement provisoire, même si elle devait durer quelques dizaine d’années, voire un siècle au  maximum.

Le 26 décembre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.