Les “Retours du passé” en France

La “Théorie du Retour” donne une probabilité de résurgence d’événements passés ayant marqué l’inconscient collectif, c’est à dire ayant été connu et ayant marqué tout le monde.

Un événement connu d’un petit groupe ne provoquera pas de “Retour” identifiable. Les études actuelles se sont limitées à des événements majeurs, le plus souvent traumatisants et exceptionnels. Très peu d’événements sont retenus comme étant des “Retours”.

Dans un pays comme la France, mis à part différents Retours liés à des guerres (ex: seconde guerre mondiale issue de la rivalité franco-allemande) les événements retenus tiennent dans les doigts d’une main. Autant dire qu’il y en a très peu. Il y en a peut-être plus, mais cela demanderait la participation active d’historiens et autres personnes intéressées par des événements historiques et leur résurgence.

Les “Retours” identifiés en France ne se limitent pas au 20° siècle. Le “Retour” de 1789, année du début de la révolution française et de la prise de la Bastille, a lieu 25 ans plus tard exactement en 1814 avec la fin de l’ère Napoléonienne et le “Retour de la Monarchie”. C’est l’un des plus beaux Retours “Négatif”, c’est à dire qui provoque un événement contraire à l’événement d’origine, en effaçant subitement toutes les conséquences depuis la révolution d’origine, y compris ses dérives Napoléoniennes.

Au 20° siècle et depuis la seconde guerre mondiale, le seul Retour vraiment identifié et reconnu comme pouvant produire à nouveau des Retours est celui de la libération de Paris en août 1944. Mai 68 a été identifié comme un Retour de cet événement et a même été à l’origine de la coïncidence et hypothèse aboutissant à la Théorie du Retour en 1988, avec un autre événement concernant l’Algérie.

Comment expliquer ce brusque excès de violence en mai 68 et son aspect putschiste mobilisant l’ensemble de la population comme si sa finalité était de renverser un pouvoir. L’explication la plus probable vient de la “Théorie du Retour”. La France est alors en train de revivre inconsciemment la libération de Paris et a le comportement inconscient de renverser le régime en place, comme cela a été fait au moment de la Libération.

Bien sûr cette explication n’est pas partagée par les historiens: la plupart n’ont même pas entendu parler de la “Théorie du Retour”. Le “Retour” n’a pas provoqué l’événement de mai 1968 mais l’a amplifié comme si le peuple français poursuivait inconsciemment un autre but que ses revendications officielles.

Ce Retour a eu lieu un peu moins de 24 ans après la Libération de Paris. Le suivant probable a eu lieu au dernier trimestre 1995 (27 ans après mai 68 et 49 ans après la Libération) et le mouvement des “gilets jaunes” se retrouve 50 ans et demi après mai 1968. L’occurrence la plus probable d’un Retour est 25 ans à + ou – 2 ans ( ou un multiple de ..). On pourrait donc considérer que tous les multiples de 25 ans ( à + ou – 2 ans) seraient couverts. Et on pourrait compléter l’étude en se demandant ce qui s’est passé sur les occurrences de 8 ans et 5 mois et avant 1944…. si cela intéresse quelqu’un de connaître le résultat qui risque d’être pour l’Histoire plus que pour l’actualité.

Cela ne veut pas dire que le mouvement des gilets jaunes a été provoqué par le retour de mai 68 mais qu’il est amplifié et que sa dimension irrationnelle et un peu extrême indique simplement cette amplification apparemment invisible.

Reste à le démontrer, ce qui est plus compliqué:

  •  Aujourd’hui dans l’histoire des forces de l’ordre française, il n’y a pas eu d’événement plus important et démesuré depuis mai 68 que celui des “gilets jaunes”.
  • Il y a aussi des éléments qui peuvent être considérés comme infirmant ce “Retour”: faiblesse de la mobilisation, revendications sans rapport ( si ce n’est le pouvoir d’achat et le partage des richesses.
  • Il y a d’autres éléments similaires: aucune initiative du pouvoir et des partis traditionnels n’a de prise en mai 1968 et 2018, absence de leadership clairement établi dans les mouvements de 1968 et 2018, succession de concessions sans effets.

Peut-on y trouver l’inspiration d’une  sortie de  crise? Difficile d’y répondre. Un référendum dont l’issue déterminerait la sortie ou le maintien du président pourrait calmer les esprits, à condition de trouver le bon sujet.

Un peu extrême comme solution, mais sans adhésion de la population ce quinquennat pourrait aboutir à rien d’autre qu’avoir perdu 5 ans pour réformer L’État Français. Et en 18 mois rien de sérieux n’a été fait sur le train de vie de l’État Français qui reste le boulet de l’ensemble des prélèvements sur la population française, et donc des taxes et indirectement du pouvoir d’achat.

Alors, tant qu’à faire, ce ne serait peut-être pas idiot de le faire plutôt que de vivre dans une situation bloquée le reste du quinquennat.

Déjà la réforme qui devait diminuer le nombre de députés et sénateurs est bloquée. Pourquoi? A cause de l’affaire Benalla et  aussi parce que le président a tenté de tailler la constitution à sa main avec des modifications qui tendent à renforcer son pouvoir direct mais sont hors sujet par rapport à la promesse électorale de diminuer le nombre de députés et sénateurs. Il vaudrait mieux qu’il la reprenne simplifiée, uniquement avec la diminution du nombre de députés et sénateurs en retirant tout le reste et en le soumettant à référendum pour ne pas mélanger les sujets qui fâchent. Il aurait une petite chance de réussir et de forcer le passage de cette modification constitutionnelle ensablée dans les dérives de l’autoritarisme du nouveau pouvoir. Il évacuerait ainsi toute cette personnalisation du pouvoir qui lui est reprochée en ne retenant que la simplification du train de vie de l’État.

Ce serait tenter un retour contraire à la fin de 1968 pour repartir sur des bases plus saines pour la société.

Peu de chance que cela se fasse: je n’existe pas même si chacun pourrait me trouver sur internet s’il m’y cherchait. Et de telles interprétations de la “Théorie du Retour” pour sortir d’une crise relève de l’apprenti sorcier plus que de la raison. Tirer à pile ou face pourrait se montrer aussi efficace que miser sur cette proposition.

8 décembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.