Où en est le conflit Ukrainien ?


Nulle part. La tendance globale est au blocage tout azimut.

Aucune partie des accords de Minsk n’a été appliquée complètement:

  • les échanges de prisonniers n’ont été que partiels
  • le cessez-le-feu est fictif ( quelques centaines de violations de cessez-le-feu ont lieu tous les jours – source OSCE/SMM)

Pour se donner l’impression d’avancer, un cessez-le-feu est de nouveau décrété tous les 2 ou 3 mois, ne provoquant qu’une accalmie plus ou moins passagère.

Pourquoi donc les parties en conflit ne sont pas capables d’instaurer un cessez-le-feu qui tienne ?

Les raisons sont multiples:

  • Absence de leadership clair pour une tentative de règlement. Si l’Ukraine a fait venir le couple franco-allemand à la rescousse pour aboutir aux accords de Minsk2, le couple franco-allemand ne s’est jamais impliqué au niveau nécessaire pour amener les composantes dans une phase réaliste. Le président français Macron n’a pas de compétence pour instaurer un cessez-le-feu: il ne maitrise pas plus le sujet qu’avec le maintien de l’ordre en France et les gilets jaunes,
  • Accords autobloquants: aucune partie des accords de Minsk 2 n’a été complètement appliquée. L’application globale est quasi impossible. En indiquant que la frontière sera sous contrôle ukrainien après les élections, c’est un point de blocage assuré. Sans contrôler la frontière il sera impossible d’avoir un retour à la normale sur le plan de sécurité. Prétendre organiser des élections en présence des milices autoproclamées et leur mainmise sur les médias revient à indiquer qu’il n’y aura pas d’élections crédibles.
  • Les dirigeants ukrainiens et russes jouent au pourrissement, mettant en avant leurs composantes militaires. L’Ukraine attend toujours que les européens l’aident à bouter militairement les russes. La Russie passe son temps à masser des troupes sur la frontière pour bien montrer qu’en cas d’offensive militaire ukrainienne ou internationale elle répondra militairement. Bien sûr la non présence russe est une fiction: le matériel fourni de façon permanente par la Russie assure aux dirigeants autoproclamés un soutien qui les rend peu motivés pour avancer,
  • Les observateurs de l’OSCE ont un rôle passif. Ils constatent des violations mais n’assurent aucune coordination qui amènerait sur le terrain les composantes militaires à s’organiser pour mettre en œuvre un cessez-le-feu qui tienne. Ils observent mais ne se considèrent pas impliqués dans les actions à mettre en œuvre pour y parvenir,
  • les négociations en cours par le groupe de contact et les différents comités mis en place ressemblent à une tentative d’institutionnalisation des parties en conflit plus qu’une véritable négociation,
  • Tous les jours chaque camp met en avant les violations de l’autre camp, mais jamais les siennes,
  • Personne ne compte les violations de cessez-le-feu de la même façon, donnant l’impression qu’il n’y a aucun partage de la réalité quotidienne entre les acteurs.

Pour en savoir plus:

19 mars 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.