Ukraine 2018 semaine 1 : Pourquoi le cessez-le-feu est-il respecté dans le secteur de Luhansk?

Cessez-le feu de Noël et du nouvel an: une nouvelle accalmie

Le cessez-le-feu qui a été instauré le 23 décembre par le Groupe de contact tripartite a provoqué une accalmie réelle.

Le nombre de violations et d’explosions est équivalent à ce qui a été constaté fin août 2017- début septembre 2017 au moment de la mise en place de la trêve de la rentrée scolaire.

Le nombre d’explosions journalières est généralement inférieur à 100.

Le nombre d’attaques signalées journalièrement par l’armée ukrainienne est faible (généralement inférieur à 10), montrant une volonté de les minimiser.

Mais cela reste une simple accalmie

Pourquoi le secteur de Luhansk est-il très calme, presque un cessez-le-feu ?

Il y a un contraste saisissant entre le secteur de Luhansk et le secteur de Donetsk. Le premier est très calme, le second reste chaotique.

Le premier donne l’impression d’être contrôlé, le second ne l’est pas et ne semble pas être prêt d’être contrôlé. Pourquoi ?

  • les combattants du secteur de Luhansk sont-ils plus disciplinés pour respecter  le cessez-le-feu ?
    Probablement, mais cela ne correspond pas à des informations prises en compte par les observateurs OSCE dans leurs rapports.
  • Y a-t-il une coordination institutionnelle entre les combattants séparatistes LPR et l’armée ukrainienne dans ce secteur ?
    La proximité du centre JCCC qui jouxte le secteur de Luhansk permet de considérer cette hypothèse comme légitime, mais là encore les rapports des observateurs OSCE ne disent rien sur un tel sujet: les rapports ne décrivent jamais autre chose que les seules actions des observateurs OSCE. Ces rapports sont “OSCEcentriques”, incapables de décrire une autre réalité que la leur.

Le secteur de  Donetsk n’est toujours pas correctement contrôlé

Pourquoi ?

Les hypothèses sont les suivantes:

  • les combattants DPR sont peu entrainés, peu structurés et peu disciplinés
    Cela paraît une évidence mais là encore les rapports SMM ne permettent pas de le mettre en évidence.
  • Il n’y a pas de coordination institutionnalisée entre les combattants DPR et l’armée ukrainienne
    Cela paraît une évidence mais cela fâche les acteurs qui le nient et prétendent même que cela ne servirait à rien
  • Les observateurs OSCE se contentent d’un rôle d’observation sans jamais interagir avec les composantes armées du secteur de Donetsk
    Cela paraît une évidence mais institutionnellement les observateurs SMM n’utilisent jamais en temps réel leurs observations ( c’est à dire dans l’heure qui suit l’incident) et mettent leur point d’honneur à ne faire aucune investigation. Conclusion : ils ne savent pas exactement l’origine des incidents et se refusent à enquêter immédiatement dans l’heure qui suit : ils enquêtent sur des traces qui remontent à plusieurs jours, voire semaines, ce qui ne sert à rien)

Malheureusement les acteurs officiellement en charge de la supervision du cessez-le-feu ne sont pas de grande utilité pour confirmer l’une ou l’autre hypothèse.

Conclusion :

Ce qui est certain c’est que ce n’est qu’une simple accalmie, pas un cessez-le-feu, le dispositif mis en place se révélant inadapté pour superviser un cessez-le-feu. C’est une grande utopie, dans le cas de combattants indisciplinés, que de croire qu’il suffit d’observer pour maintenir un cessez-le-feu.  Cela ne pourrait marcher qu’avec 2 armées disciplinées, ce qui n’est pas le cas en Ukraine. Au minimum il faudrait passer son temps à vérifier avec les combattants sur place ce qui se passe et leur  rappeler ce qu’ils doivent faire. Les informations dont je dispose ne permettent pas de confirmer qu’un tel minimum existe. Peut-être dans le secteur de Luhansk,  mais pas dans le secteur de Donetsk.

4 janvier 2018

Quelques liens pour mieux comprendre:

Ukrainian news ( avec les communiqués quotidiens)

OSCE Ukraine Daily report

Cessez-le-feu et contrôle

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.