Ukraine-Russie, Théorie du Retour et Cycle des Guerres

Sur la période 2014-2018 les deux événements en Europe en rapport avec l’Horloge de l’Inconscient sont :

  • Le réveil de la Russie
    lié à un Retour du passé tel que défini par la Théorie du Retour.
    Pour être honnête, ce Retour était prévisible mais n’a pas été prévu par l’auteur de ce site.  Les efforts des recherches ont été concentrés sur le “Cycle des Guerres” dont les prévisions disponibles ont bien été confirmées: c’est plus facile à expliquer. Il est déjà difficile de convaincre qu’il pourrait y avoir une guerre, passer son temps à expliquer que la Russie pourrait se réaffirmer au moment où elle était faible, c’est un challenge quasi impossible …
  • La guerre en Ukraine
    Grâce au “Cycle des guerres” il était prévu une guerre en Europe depuis plusieurs années sur cette période là. C’est bien celle-là. On peut en prévoir une similaire en Europe sur la période 2022-2026. Les européens n’ayant pas compris pourquoi celle de 2014 a eu lieu, ils ne sauront probablement pas anticiper la prochaine, ni en comprendre les raisons et l’éviter. (en Europe il faut avoir le nez dessus quand la guerre commence pour réaliser qu’il pourrait se passer quelque chose).

Si ce site s’est particulièrement intéressé à la guerre en Ukraine, c’est en espérant que cette combinaison simultanée de “Retour du Passé” (avec la réaffirmation de la Russie)e et d’un événement du “Cycle des Guerres” avec la guerre Ukraine-Russie permettrait de trouver quelques éléments objectifs pour nourrir ces recherches.

En pratique, à ce jour, nous n’avons rien retenu de significatif pour faire avancer ces études:

  • Bien que le Retour de la “Chute du mur de Berlin” et de la désintégration de l’URSS il y a 25 ans  se soit traduite sous une forme contraire dite “négative” (par rapport à l’événement initial) sous la forme d’une montée en puissance de la Russie, et bien que ce Retour soit un exemple remarquable de retour “négatif, les “Retours du passé” sont difficiles à démontrer objectivement. C’est une forme de grille de lecture des événements et du passé extrêmement puissante mais très difficile à démontrer statistiquement. La périodicité de la Théorie du Retour n’a pas été démontrée en cumulant des “Retours du passé” mais en s’appuyant sur les mesures effectuées sur une application dérivée de la “Théorie du Retour” à savoir le “Cycle des guerres” pour lequel des données statistiques ont été utilisables. Comme c’est le même phénomène de base que celui à l’origine de la “Théorie du Retour”, on peut utiliser les résultats des mesures de l’un pour l’autre.
  • Les “Retours du passé” ne sont pas binaires et doivent être démystifiés. la Russie ne sera jamais à nouveau une puissance aussi importante que l’URSS. La polarisation USA-URSS ne sera pas remplacée par une nouvelle polarisation USA-Russie mais par une polarisation USA-Chine. La résurgence de la Russie en tant que puissance est une réaction à la désintégration initiale 25 ans plus tôt, comme une réaction d’orgueil qui ne présuppose pas de la puissance à venir de la Russie. Les problèmes démographiques majeurs internes à la Russie auront une incidence qui limitera la puissance globale de la Russie. Il est peu probable que la Russie fasse seule ce qu’elle faisait autrefois dans l’URSS avec tous ses alliés. de plus, la Russie n’a plus de but universel comme du temps de l’URSS, mais une volonté de puissance opportuniste, autocratique et nationaliste. Son influence restera limitée. Rentrer dans de telles nuances risquent de perturber des esprits binaires qui pourraient caricaturer le résultat de l’acquis des “Retours du passé”, au point d’en attendre une résurgence exacte et complète sous peine de mettre en cause la “Théorie du Retour” expliquant de telles résurgences.
  • Les acteurs intervenant dans la guerre ukrainienne , comme l’OSCE et le SMM, ne fournissent pas  beaucoup de données incontestables et exploitables. Quelle est la définition d’une “violation de cessez-le-feu”? combien y en a-t-il chaque jour ? et quels sont donc les chiffres qui permettent de dire qu’il y en a eu plus ou moins, comme cela est dit dans chaque rapport  ? Ce sont des informations un peu mystérieuses quand on prend connaissance de ces rapports journaliers SMM. Il n’y a pas d’ambiguïté sur les explosions, mais plus sur les violations de cessez-le-feu.
    Sans oublier que le SMM n’indique jamais un événement dont il n’a pas été témoin et que vous avez donc une vue partielle, sans la moindre information sur les blessés ou morts journaliers, contrairement à d’autres conflits existants.
    Ces acteurs n’aiment pas qu’on les bouscule sur leur rationalité dans ce qu’ils analysent et font.
    Les indications journalières SMM ont été utiles pour suivre le conflit au jour le jour mais ont été inutilisables pour apporter le moindre élément statistique objectif dans le cadre des études sur le “Cycle des Guerres”.
    Même si les données avaient été solides et incontestables, il n’est pas sûr qu’on aurait pu les utiliser pour confirmer le “Cycle des guerres”. Les données actuelles données par les rapports journaliers SMM permettent simplement de confirmer ou infirmer si le cessez-le-feu est bien réel ou quelque peu fictif. Depuis les premiers cessez-le-feu en 2014, le cessez-le-feu est fictif. Quelques cessez-le-feu annuels ( Pâques, Moisson, rentrée scolaire et Noël) permettent d’avoir des accalmies plus ou moins fortes, mais il n’y a eu aucun cessez-le-feu respecté complètement comme le prouve toutes les données disponibles à partir de l’OSCE.
  • La faible intensité du conflit ukrainien n’a pas permis de faire une relation entre le “Cycle des Guerres”  et les données utilisables, contrairement à ce qui a pu être fait en Irak et qui a été spectaculaire. Le seul événement permettant de faire un lien entre le “Cycle des Guerres” et la guerre en Ukraine est son déclenchement en 2014 qui se fait de façon presque simultanée avec d’autres guerres ( guerre de Gaza et guerre de l’Etat Islamique,…)
  • Si dans la guerre en Syrie et en Irak on voit une très nette escalade de 2014 à début 2016 et une régularisation progressive en 2018 ( comme la guerre de 1914 à 1918 et de 1940 à 1944 pendant 4 ans, période entre les deux pics d’amplification et d’atténuation), on ne voit rien de tel dans la guerre en Ukraine. On voit même en fin 2018 une escalade verbale et des incidents majeurs qui vont plutôt dans le sens d’une relance de la guerre que sa fin prochaine.
  • Il est très probable que ni les Ukrainiens, ni les Russes et encore moins les dirigeants européens aient réalisé le lien entre ces événements et l’horloge de l’inconscient.

1° décembre 2018

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.